Aller au contenu principal
Espace enfants
Collections

Clef dite de la tour François 1er

Hôtel Dubocage de Bléville

Vous avez dit Le Havre
Auteur : inconnu
Date : XVIe siècle ?
Matière et technique : fer
Dimensions : L. 23 cm
N° Inventaire : DIV.23

Surnommée la Grosse Tour, la tour François 1er, est édifiée dès 1517 pour défendre l’entrée du port du Havre de Grâce. Cette clef est un des rares vestiges de cet emblème de la ville, détruit à partir de 1861 pour permettre l’agrandissement de l’entrée du port et faciliter le passage des navires à vapeur.

Parmi les derniers vestiges de cet emblème du Havre, il reste cette clef en fer de 23 cm de long, dite de la tour François 1er. Le panneton est décoré d’un trèfle, d’un cœur, de deux carreaux et de deux piques.

La Tour François 1er  

La Grosse Tour est édifiée dès 1517 pour défendre l’estuaire et l’entrée du port du Havre de Grâce des incursions, notamment anglaises. La construction de cet emblème du Havre dans la terre marécageuse dure deux ans.
Son mur extérieur, construit en pierre de taille a une épaisseur de 5 à 6 mètres et présente à l’extérieur une surface hérissée de pointes taillées à même le granit et demi-boulets. Haute de 10m, elle se divise en trois parties : le premier, sous terre, sert de magasin aux poudres ; au deuxième étage se trouve une grande salle voûtée et munie de créneaux, plusieurs chambres et cachots ; le dernier niveau, appelé aussi plate-forme est aménagé pour recevoir six pièces de canon en fonte de fer avec leurs affûts. De nuit, une chaîne est tendue entre la tour et la digue opposée pour éviter les mouvements de navires sans autorisation.
Du côté de la ville, la porte d’entrée est surmontée de la statue équestre de François 1er. Pour y arriver il faut traverser deux pont-levis reliant les bords de deux fossés qui en défendent l’approche. « Comme cette tour est la gardienne du port, et que le fondateur y a sa statue, les vaisseaux en entrant et en sortant la saluent d’un coup de canon. » 
A la fin du XVIIIe siècle, celle que l’on nomme désormais la tour François 1er, est dotée sur sa plate-forme d’un système de communication puis d’un marégraphe pour contrôler la variation du niveau d’eau dans le port.
La perpétuelle augmentation du tonnage des navires à vapeur va contraindre les autorités politiques et financières de la Ville, du port et de la chambre de commerce à modifier l’entrée du port. Ainsi à partir du 15 octobre 1861 comme la démolition de celle « dont ni la mer ni le temps n’avaient altéré ni la solidité ni le caractère ». 
La clef de la tour et plusieurs vestiges lapidaires sont conservés et déposés au musée du Havre fondé en 1845. Ces vestiges appartiennent aujourd’hui aux collections des Musées d’Art et d’Histoire.